logo

Biographie

Qui êtes-vous ?

J’ai quitté ma région natale, la Franche-Comté, pour terminer mes études à Lyon. Après un DESS "Réseaux d'Information et Documentation Électronique", j'ai travaillé en tant que responsable de communication dans une petite ONG à Genève. J’habite en Haute-Savoie, dans un petit village entre lacs et montagnes, avec mon mari et mes trois enfants. À la naissance de mon premier enfant, je démissionne pour devenir maman à plein temps. Deux ans plus tard, en 2012, j'ai besoin de "plus", une activité intellectuelle, un besoin de créer et surtout, d'écrire. Je crée mon premier site internet (Bande de Pinioufs) dans lequel je relate quelques tranches de ma vie quotidienne, sous forme de petits billets. Deux mois plus tard, je me lance dans l’écriture de mon premier roman. Depuis, je ne m'arrête plus, conciliant ma vie de maman, d'écrivain et de correspondant local de presse.

D'où viennent vos idées ? Quelles sont vos sources d'inspiration ?

Pour être tout à fait honnête, le déclic qui m’a poussé à écrire mon premier roman a été, dans un premier temps, ma propre vie. Puis, ne voulant pas écrire qu’un simple "journal intime", j’ai ensuite modifié plusieurs fois le texte, supprimé les passages trop descriptifs et ajouté de nombreuses anecdotes fictives. Mon deuxième livre, "Son petit cahier jaune" est purement fictif, même si l’idée de départ était de retracer la vie des trois enfants du premier tome 25 ans plus tard… Les suivants sont tous des fictions pures.

Je suis très sensible et j’ai toujours pensé que cette hyper-émotivité n’était qu’un fardeau à porter. Je découvre aujourd’hui qu’elle peut être une formidable alliée lorsqu’il s’agit d’écrire et de coucher les sentiments sur le papier, qu’ils soient les miens… ou ceux des autres !

Quelles sont vos préférences littéraires ?

Adolescente, je ne lisais que des policiers, en particulier Mary Higgins Clark. Puis je me suis laissée emporter par la vague de la chick-lit, ces romans légers qui relatent le plus souvent la vie d’une jeune trentenaire célibataire. Bridget Jones en est l’exemple type, et je n’ai pas honte de dire qu’elle a été mon "héroïne" pendant les premières années de ma vie de jeune femme. Avec les années, la maturité aidant, j’ai progressivement délaissé ce genre et je me suis ouverte à d’autres styles ainsi qu’à de nombreux auteurs.

Aujourd’hui, je lis presque exclusivement des romans contemporains, même s’il m’arrive d’avoir envie de me replonger dans les grands classiques (Jane Austen, Antigone, John Steinbeck …) Je citerais, dans le désordre,  Yasmina Khadra, Khaled Hosseini, Delphine de Vigan, Jean-Philippe Blondel, Vikas Swarup, Martin Winckler, Bernard Werber, Joel Dicker, Nick Hornby, Pierre Szalowski, Karatina Mazetti, Dominique Dyens, Frédéric Beigbeder, Grégoire Delacourt, Tatiana de Rosnay, Hélène Grémillon… et la liste est loin d'être exhaustive !

Mes sources d’inspiration restent les auteurs qui sont souvent dans le ressenti et les émotions plus que ceux qui sont dans la fiction et l’imaginaire. J'adorerais écrire un livre tel que Une affaire conjugale d’Eliette Abécassis, ou n’importe quel livre de Dominique Dyens, qui sait magnifiquement allier intrigue et sentiments. Je suis également fan du style cynico-poétique et souvent un peu trash de Frédéric Beigbeder.

Avez-vous des habitudes d'écriture ? Où travaillez-vous ? Sur ordinateur ou sur papier ?

Entre mes 3 jeunes enfants pour qui j’ai démissionné il y a quelques années pour m’occuper d'eux à temps plein et mon travail de correspondante locale de presse au Dauphiné Libéré, je trouve le temps de me plonger dans l'écriture de mon livre quelques heures par jours. J’ai besoin d’être dans le silence total et surtout de savoir que je ne serai pas dérangée pour être certaine de pouvoir me concentrer et me plonger dans mon récit. Je m’installe au bureau, devant l’ordinateur, le plus souvent avec une grande tasse de thé fumante !

Vos livres sont édités par la plateforme d'édition d'Amazon. Pourquoi? Est-ce un choix ?

Au mois de mai 2014, j’ai envoyé le manuscrit de mon premier livre à une quinzaine d’éditeurs. Deux maisons d’éditions m’ont répondu favorablement mais il s’agissait de contrats à compte d’auteur, les frais d’édition étant intégralement à ma charge. Je me suis donc tout naturellement tournée vers la plateforme d’édition en ligne d’Amazon. Dès le mois d'août 2014, mon premier livre a été mis en vente en format papier. J'ai poursuivi ainsi, mettant en vente mes livres en format papier et e-book, pour toucher le plus de lecteurs possible.

Après quatre romans, avez-vous d'autres projets ?

J'ai la chance de pouvoir travailler à la maison, et mes journées sont réparties entre les articles que je rédige pour le journal, et l'écriture de mon cinquième roman. Nouveau thème, nouveau décor et nouveaux personnages pour un nouveau défi !

 

 

© 2019 . Celine Chapuis